Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Journalisme’

Serge Michel participera à la deuxième saison de « Walls & Bridges » à New York où il interviendra sur le thème des frontières, avec l’anthropologue français Eric Chauvier, le compositeur américain Alexander Waterman et le poète mexicain Heriberto Yepez. En novembre dernier, il participait  à la Villa Gillet à une rencontre  consacrée au journalisme. Nous vous proposons d’écouter l’entretien qu’il nous avait accordé à cette occasion et de  retrouver le texte de son intervention.

(You may download the English version of this text here.)

Ayant tardé à rédiger ce texte, j’ai eu le privilège de pouvoir lire celui de deux autres intervenants avant de commencer. Ce n’est pas très équitable, mais cela a l’avantage de pouvoir développer des éléments qui me semblent complémentaires.

J’ai relevé dans leurs deux interventions un certain nombre de critiques à l’encontre du journalisme. David Samuels souligne l’abandon du « reporting » aux Etats-Unis et à l’étranger par les grands quotidiens et hebdomadaires américains, pour des raisons économiques. Thierry Pech, lui, montre que la presse française a failli un certain nombre de fois, en raison de son adhésion trop rapide à l’idéologie ambiante, ou de sa contagion par la logique de certains acteurs économiques.

Je partage pleinement leurs critiques, mais pour que cette soirée ne ressemble pas trop à un tribunal sévère pour la presse, je vais essayer d’apporter quelques éléments réconfortants, en particulier dans mon domaine, le reportage.

D’abord, la question qui nous a été posée était celle du journalisme comme moyen de connaissance. Pour ma part, mon parcours universitaire ayant été limité au strict nécessaire et ne m’ayant laissé aucun souvenir marquant, je dois vous avouer que tout ce que je sais, c’est la pratique du journalisme qui me l’a apporté. (suite…)

Read Full Post »

(c) June Noire MitchellA few days after David Samuels was sharing with the Villa Gillet audience in Lyon his views on journalism (namely, that it’s all about « going places, and staying there for a while, and getting to know the people who live there, (…) telling stories that express the realities and disconnections of lived experience rather than advance the collective story-lines that are agreed upon in advance by reporters, editors, publishers and bloggers to frame a chaotic reality in a way that can be more easily and comfortably assimilated by their audience »), Florence Aubenas (who immersed herself in the world of unskilled and insecure employees and told her story in The Night Cleaner) and Ted Conover (who transformed himself into a guard at Sing Sing and reported about it in Newjack) told the Skyroom audience in NY about participatory journalism and commitment.

 

 

 

 

 

The event took place on December 1st, 2010 at New York’s FIAF, as part of the New Literary Series Write About Now, co-presented with Bookforum and Villa Gillet.

Write About Now’s next chapter will be written on March 9th, when Philippe Forest and Francisco Goldman discuss survival in the aftermath of personal tragedy.

Photo © Junenoire Mitchell.

Read Full Post »

« Literary reportage »

An exclusive essay by David Samuels (La VF, traduite par Julie Etienne est disponible ici)

I think of what I do as a uniquely American literary art. Off the top of my head, it’s the only uniquely American literary art I can think of. Sadly, I have no idea what to call it.

“Literary journalism,” a favorite term in America there days, seems like an insult to both literature and journalism. I have a friend who defines “journalists” as “people who can’t remember what they wrote.” In the world of journalism, “literary” is an insult which means that the reporter failed to get the story.

“Narrative non-fiction” establishes the primacy of “narrative” – which I enjoy – over the troublesome idea of “non-fiction,” which seems to a bit like calling sculpture “non-painting.” Defining this unique art in such a purely negative way seems much too condescending to writers like Tom Wolfe, Joan Didion, Norman Mailer, Joseph Mitchell, Janet Malcolm, Hunter S. Thompson, David Foster Wallace, Ryszard Kapuscinski, Rebecca West, V.S. Naipaul, and W.G. Sebald.

(suite…)

Read Full Post »

« Le reportage littéraire »

Un texte de David Samuels traduit par Julie Etienne (In English here)

Je considère ce que je fais comme un art spécifiquement américain. À brûle pourpoint, c’est d’ailleurs le seul genre littéraire spécifiquement américain qui me vienne à l’esprit. Malheureusement, je ne sais pas comment l’appeler.

La formule « journalisme littéraire, » qui a la côte en Amérique, réussit à insulter tout à la fois la littérature et le journalisme. Un de mes amis donne de “journaliste” la définition suivante : “quelqu’un qui ne se souvient pas de ce qu’il écrit.” Dans le milieu de la presse, “littéraire” est une insulte pour dire que l’histoire a échappé au journaliste.

 » Récit de non-fiction » a pour moi le mérite indéniable de poser la primauté de la notion de récit  sur celle de « non-fiction« , qui ne va pas de soi. C’est un peu comme si on appelait la sculpture “non-peinture”: définir leur art singulier par la négative est bien condescendant à l’égard d’auteurs tels que Tom Wolfe, Joan Didion, Norman Mailer, Joseph Mitchell, Janet Malcolm, Hunter S. Thompson, David Foster Wallace, Ryszard Kapuscinski, Rebecca West, V.S. Naipaul, ou W.G. Sebald.

(suite…)

Read Full Post »